vendredi 9 février 2018

Briefing de sécurité sur Cybèle 17

Avant de partir quand nous embarquons un nouvel équipage, ou parfois pour nous remettre en mémoire les procédures, il semble bon de formaliser une réunion d'infos sur la sécurité à bord, comme pour un avion qui va décoller.


 Mod 14/05/2018 bon usage des balises
Mod 08/03/2018 gouvernail, à completer
mod 03/06/18 pompes 
Tout d'abord,
  • Respecter absolument les consignes du skipper, s'il est toujours à bord et en état, ou sinon, de la skippette
  • L'explication viendra après l'ordre. Ensuite, après la visite du bateau, Il importe que le plus possible de membres d'équipage sachent:

 
    • Faire démarrer le moteur, après s’être assuré de l'absence d'objets flottants autour, et l'utiliser.
    • Appeler les secours: une procédure écrite détaillée et mise sous plastique est à disposition
    • Connaitre l'emplacement des outils, gaffes, aussières, défenses à bord , lampes torches, flashlights
    • Toujours porter des gants en manœuvre, et des chaussures fermées aux pieds
    • Lifejacket réglée aux mensurations de chacun. Voir les longes de harnais. Port obligatoire en mer et dans l'annexe.
    • Maniement des fusées réservé car dangereux
    • Utilisation des WC ++++
    • Initiation au vocabulaire de base , pour certains 
    • Possibilité d 'être suivi par la famille avec Marine-Traffic grâce à 'AIS émetteur*
    • Le mal de mer: règle des 5 F: Froid, Faim, Fatigue, Frousse, et Foif! 
    • Carte européenne d'Assurance Maladie, et médicaments perso. Le skipper doit connaitre les pathologies de son équipage
    • Le programme est adapté d'une part à l'équipage et d'autre part à la météo, donc il n'est pas fixé au départ

  • Prise en compte des forces en présence : le bateau fait 13 tonnes: port de gants obligatoire pour les manœuvres, défense volante, retour sur les aussières, dangers des winches et des départs au lof.
  • Zones de danger: empannage, virement de bord, écoutes, zone de vision du barreur

2. Je pars ensuite des différents accidents possibles et des moyens d'y remédier.
  • Le MOB est le risque le plus grave. J'ai écrit ici la page correspondante. L'entrainement est ici indispensable pour devenir  automatique, en tenant toujours compte de l"effet panique". Ne jamais sauter à l'eau, contrairement aux VOR  et aux Clipper Race boats, où c'est la procédure habituelle.
  • Feu à bord, deuxième grande crainte.Localiser les 4 extincteurs dont 3 dans le carré et un gros dans le coffre AR tribord,les fermetures des robinets de  GO principaux et de celui du poêle, de gaz dans le coffre AR, et les coupe-batteries.Expliquer le triangle du feu, combustible/comburant O2/chaleur ou énergie)
  • Feu électrique  par fusion ou faux contact, dans des endroits parfois vicieux avec fumée débutante.
  • Feu de cuisine (couverture anti-feu, jamais d'eau) 
  • Feu de moteur: orifice pour introduire l'extincteur (pas d'air)
  • Feu de poêle, retour de flamme
  • Au sujet du poêle, alarme d'oxyde de carbone 
  • Voie d'eau : arbre d'hélice ++, vannes ,passe -coques sondeur et speedo, panneaux de pont ou hublot (si!) mais rien d'autre, le bateau est un coffre-fort.Il faut du temps pour couler!Emplacement des pompes de cale, pompes WC, pompe eau de mer réversible, pompe à main extérieure fixe.

  • Démâtage
  • D'abord tout le monde s'attache, vus les mouvements erratiques du bateau devenu ponton+++ Safety first
  • Récupérer ou abandonner les espars (scie à métaux, car le coupe-boulons est très insuffisant, en attendant la disqueuse sans fil, merci Denis pour l'idée...)
  • Le gréement de fortune n'est plus de la sécurité mais de l'imagination au coup par coup. Que la lecture des blogs est enrichissante!
  • Abandon du bateau
  • Mayday, balise EPIRB, grab-bag (sa liste reste à faire)
  • Mise à l'eau du bib au tout dernier moment: pour les anglais, on abandonne le navire quand, debout sur les barres de flèches, on a de l'eau  jusqu'au cou.Cette éventualité fera l'objet d'une fiche séparée.
  • Problème aigu de santé
  • La Skippette a passé son certificat de premiers secours. Pharmacie, position de sécurité, immobilisations, réchauffement...
  • Dans les cas graves, appeler le CCMM Toulouse  24/24 et 7/7 qui est habilité à faire du conseil à distance.
    • Soit au +33 5 34 39 33 33 (Iridium ou en direct)
    • Soit par VHF canal 16 qui nous mettra en contac avec un CROSS (ou MRCC) qui reportera l'appel au CCMM Toulouse
    • Soit sur mobile, faire le 196 
  • Rupture de drisse, gennaker ++: tout le monde s'attache d'abord.
  • Comment mouiller en catastrophe . Le guindeau est toujours branché. Télécommande sans fil.
  • Panne de whisky: il est souhaitable que l’équipage  se prémunisse contre cette catastrophe.  ;-)
  • Perte du gouvernail : lire http://stw.fr/fr/blogs/securite-haute-mer/2016-12-25-au-secours-jai-perdu-mon-gouvernail où on parle d'un système de drogue remorquée.
  • Enfin respect (à mon bord, impératif) des superstitions ancestrales (L...n, départ un vendredi, siffler au vent...)
  • Nous sommes abonnés au RedningsSelsKapet, N° 888026. 

Si après toutes ces explications les équipiers  n'ont  pas déserté en courant, c'est qu'ils ont confiance...
Un article trèsimportant à lire, écrit par Artimon : http://stw.fr/fr/blogs/securite-haute-mer/2018-03-21-bonnes-pratiques-pour-utiliser-les-balises-de-detresse 
Pour la fin: trois maitres-mots à bord:Sécurité,  Rangement, et Anticipation

2 commentaires:

S/Y Belisama a dit…

Merci pour tes checklists, toujours très utiles. D'accord avec le respect des instructions du skipper, et les questions après. Mais ne pas oublier que le respect, ça se mérite plus que ça ne s'exige :-).

Je commence toujours mes briefings par dire qu'un bateau est un environnement hostile, à domestiquer. Marcher sur le pont est une course d'obstacle, regarder où on met les pieds est la garantie de se prendre un truc sur la tête. Donc attention +++. Peut être utile de rappeler la règle "une main pour soi, une pour le bateau."

Attention à gérer la panique de la famille à terre quand le bateau disparaît de marinetraffic! L’AIS émetteur envoie juste une information en VHF, donc de portée limitée, en particulier pour les sites internets qui s’appuient sur des relais côtiers.

Ne pas oublier la VHF mobile en abandonnant le bateau, ainsi que d'avoir des piles dans le grab bag. De nos jours, penser à garder accessible un Powerbank chargé en cas de panne électrique, pour téléphone et cartographie tablette.

Et dans le genre surprises inattendues, basé sur mon expérience, j'ajouterai départ au lof sous spinnaker (deux au compteur) qu'on ne peut pas gérer sans gants, et coup de gîte brutal dans les risées, particulièrement en rase-caillou dans l'archipel de Stockholm!

J'attends ta checklist grabbag!

FD a dit…

remarques très pertinentes,comme d'habitude.Je me permets d'en intégrer à mon texte? Le grab-bag va suivre.