lundi 20 novembre 2017

Sécurité et MOB (homme à la mer) sur Cybèle

Modif 31/03/2015 à faire

Ma plus grande hantise sur Cybèle 17 est de perdre un équipier (ou de passer)  par dessus-bord: c'est le MOB (man Over Board) ou plutôt, de nos jours, la POB (Person Over Board) comme disent les Canadiens. Les "chances" de récupérer une personne passée par dessus-bord sont loin de 100% en équipage réduit.
Je fais ici un résumé de nos procédures, qui sont sûrement à améliorer. Ceci fait partie de notre Briefing Sécurité, que je détaillerai dans un autre post.
J'ajoute que nous avons fait un essai grandeur nature avec la complicité de notre Cédric, et que rien n'est évident ni facile! Commentaires vivement souhaités.


D'abord, quelques particularités du bateau: L'énorme plage arrière très près de l'eau est un élément de sécurité important, ainsi que le portique. J'ai modifié l'installation des lignes de vie
  • Une courte ligne de chaque côté du cockpit, avec une longe à poste connectable depuis la descente en cas de gros temps
  • Les lignes de vie principales en sangle cousues (changées tous les deux ans) partent du bord externe du cockpit jusqu'au point d'ancrage des hale-bas de tangon en passant sur le roof, et en dedans des bastaques, pour augmenter les "chances" de retomber dans le bateau et non à l'eau. On peut donc s'y connecter à partir du cockpit. On ne marche plus dessus dans les passavants.
  • Pour se déplacer, nous utilisons des longes doubles (Wichard) permettant d’être en permanence attachés: on clipse  une longe puis on décroche l'autre. On ne s'amarre pas à un point fixe, mais à la sangle nylon, pour amortir les chocs. Les points de fixation sont de gros pontets Wichard boulonnés.
  • Le balcon arrière est équipé d'une Rescue Line Et j'ai préféré la Silzig à la bouée couronne, qui s'envole et dérive trop vite. Cette Silzig est toujours disponible, non fixée, sous la capote.
  • Lifejackets à gonflage automatique, équipées pour nous deux d'une balise Ocean Signal  MOB1 agissant sur la VHF et sur le traceur, et avec une lampe stroboscopique. Voir ici ma page sur le sujet. Sous-cutale obligatoire. Réglage personnel. Deux améliorations à prévoir, un hood pour protéger la tète des pertes de chaleur et de la noyade par les embruns, une  poignée au bout d'un bout flottant, pour gaffer le MOB
  • Les Lifejackets sont portées systématiquement, si !
  • La longe est systématique si mauvais temps et/ou nuit.
  • Pour aller à l'avant ou au mât, On passe systématiquement du côté au vent
  • Des couteaux à proximité du barreur et au mât. Je vais prévoir aussi un couteau spécial sangle à porter dans la lifejacket (Spinlock)
  • Tout le monde doit savoir démarrer le moteur, et ne l'embrayer que si les écoutes sont claires, et les jambes du MOB loin de l'hélice+++
  • L'équipier ne doit jamais aller à l'avant s'il est seul sur le pont. Pendant les quarts nous avons un Talkie-Walkie à la barre, et l'autre sous l'oreiller de celui qui est hors-quart.

MOB: deux cas de figure très différents 
MOB resté attaché au bateau: il tombe soit dans le bateau, soit dehors, mais la longueur de la longe doit le coller à la coque.Attention risque de noyade si le remorquage est trop rapide!
  1. Stopper le bateau, éventuellement par le "crash stop":  virer de bord en laissant le foc à contre, GV choquée.
  2. Amarrer un bout à un taquet arrière,passer à l'extérieur de tout,  et l'autre extrémité au  MOB.
  3. Démarrer le Moteur, DEBRAYÉ+++
  4. Puis couper la  longe du MOB , et dégonfler en partie la Lifejacket par l'orifice de gonflage.
  5. Récupérer le MOB sur la plage arrière, éventuellement par le palan de remontée d'annexe toujours à poste
MOB non attaché Modif 31/03/2018 lire absolument le https://www.morganscloud.com/2018/03/30/person-overboard-recovery-making-the-most-of-ais-beacons/
  1. Il se met en position HELP: Heat Escape Lessening Position = position pour épargner la chaleur) et n'essaie pas de nager, sauf s'il est proche de la bouée.
  2. Si on est plus de deux: crier MOB pour avertir le reste de l'équipage
  3. Jeter la Silzig
  4. Appuyer 4 secondes sur le bouton MOB du traceur: il enregistre la position initiale du MOB, mais celui-ci va dériver. La rescue Mob1 incluse dans la Lifejacket va faire sonner la VHF et au bout de 15 secondes environ, donner la position et la route pour revenir sur le MOB.
  5. Stopper le bateau et démarrer le moteur (ce que tout l'équipage doit savoir faire). Attention aux écoutes et drisses éventuellement à l'eau+++
  6. Revenir sur le naufragé  soit en visuel (rare) soit avec le traceur en visant au vent de lui.
  7. Lancer la Rescue Line et faire avec le bateau une boucle lente autour de lui.
  8. Il s'accroche dans la bouée par le mousqueton incorporé et alors peut dégonfler un peu sa jacket. Stopper le bateau, assurer le MOB par un autre bout. Ne jamais descendre à l'eau!
  9. Le remonter  au winch par la plage arrière
  10. Lutte contre l'hypothermie: déshabiller lentement et réchauffer lentement, pas de friction.


Des  Lectures très enrichissantes:

2 commentaires:

S/Y Belisama a dit…

Je viens de finir une Silzig maison. Je suis surpris que tu n’attaches pas la silzig au bout de la rescue line, comme sur les démos Silzig. Je prévoies de garder une bouée fer à cheval, avec perche IOR, à jeter au MOB, puis de revenir avec la Silzig en traîne autour du MOB, qui peut s’accrocher aux poignées ou la passer autour.

Je fais un post rapidement sur mes propositions maisons!

FD a dit…

Excellente reflexion, mais il y a une raison.je privilégie le lancement de la Silzig seule: très rapide, ne bouge pas beaucoup quand elle est à l'eau, contrairement à la bouée couronne mème amarrée à la perche IOR (que je n'ai pas choisi,car je préfère la balise AIS).Le POB a donc une deuxième aide à la flottabilité qui de plus lui permet de se signaler, en dressant l'extremité de la Silzig au dessus de l'eau.Ensuite je reviens sur le POB avec la rescue line.
Mais je n'ai essayé ce système "en vrai" qu'une fois!